ES · FR
 
Le Trône de Fer LCG 2nde Édition

Le Roi du Nord

L’expertise d’un champion sur une carte du Trône de Fer : LCG

« Le voici, le seul roi devant qui je consens à ployer mon genou, messires, tonitrua-t-il : le roi du Nord ! » — Lard-Jon Omble

   —George R. R. Martin, Le Trône de Fer

En regardant les nombreuses cartes du Trône de Fer : le Jeu de Cartes, vous trouverez des dizaines de Traits sur vos Personnages, Lieux, Attachements, événements, Complots et Desseins. Roi n’était qu’un de ces nombreux Traits, mais une nouvelle carte, conçue par un champion, lui donne le poids et la grandeur qu’il mérite ! Vous la trouverez dans le prochain pack de cartes Faveur des Anciens Dieux

Jakob Hultman, Champion du Monde de joute 2015, nous propose ici de partager quelques-unes de ses réflexions à propos de sa création.

Avant de jouer à la première édition du Trône de Fer LCG, je n’avais jamais participé à un tournoi. En réalité, je n’avais jamais joué à un jeu de manière compétitive. Mais il y a eu un déclic quand mon frère Samuel m’a donné ma première boite de base. Petit à petit, c’est devenu une soif inextinguible, le besoin de ressentir le frisson de la victoire en gagnant des tournois d’un jeu (et dans un univers) où l’échec est interdit.

Depuis mon premier championnat régional en Suède en 2013 jusqu’au titre à Stahleck en 2015, j’ai vécu l’ascension et la chute de puissants Desseins, de combos incroyables, et une liste de restrictions qui a plus grandi que la plus longue des barbes. Tout cela a mené à la dernière année de la première édition du Trône de Fer LCG.

Avec Andreas, mon compagnon de voyage, j’ai décidé de tirer le meilleur parti de cette année et de donner au jeu la place qu’il méritait dans ma vie. Nous avons voyagé en Espagne, en Angleterre, au Danemark, en Allemagne et, pour terminer, aux États-Unis, pour participer au Championnat du Monde (J’ai probablement voyagé plus avec Andreas qu’avec ma femme !). Durant l’intense préparation pour cette compétition, j’avais abordé les parties d’entrainement avec l’esprit bien arrêté sur ce que je voulais jouer. Mon deck était Stark sans Dessein, un paquet axé essentiellement sur le Tutoring (recherche de cartes dans le deck), avec beaucoup de personnages et d’événements uniques, me donnant toutes les chances de trouver ce dont j’avais besoin dans des situations critiques. Pour la construction de deck, j’ai toujours été attiré par l’utilisation des compétences des joueurs et des choix opportuns, plutôt que d’un plan de jeu rigide.

Mais peu importe la manière dont je modifiais le deck, je perdais toujours contre le deck Greyjoy de mon ami Björn : Noires ailes, Noires nouvelles. En effet, si vous donnez à la Maison Greyjoy un bon moteur de tirage, vous pouvez construire un deck avec des cartes comme Mise à sac ou Hommes de main d’Euron... des cartes que les gens pointent en disant : « Elle est nulle cette carte » ou « Il est sympa ton classeur... c’est de la Fourrure ? » Avec le tirage constant de Noires ailes, Noires nouvelles (cycle 11, carte 80), non seulement ces cartes ont fait des merveilles, mais elles ont aussi surpris les meilleurs joueurs. À tel point que cela a parfois suffi à faire basculer les parties. J’ai donc rapidement changé de camp et commencé à peaufiner le deck Greyjoy orienté semi-contrôle/rapidité, jusqu’à ce que je le pense capable de gagner contre n’importe qui — un sentiment difficile à atteindre !

Les choses se sont plutôt bien passées et j’ai gagné le tournoi. Il m’a non seulement apporté honneur et gloire, mais donné le privilège de travailler aux côtés de Danny Schaefer pour concevoir une carte pour le jeu ! Cette fois, je voulais honorer l’un des meilleurs effets de la première édition, une carte de terrain appelée Ponts en feu (Reine des Dragons, 49). Le raisonnement derrière cela était que j’ai toujours apprécié les effets de semi-contrôle dans les decks. Avoir un contrôle ponctuel ou un moyen de verrouiller les options d’un joueur a toujours été ma tasse de thé, même si sur un paquet rapide ou agressif.

J’en suis également arrivé à ce choix parce que les meilleurs, dans un match, se révèlent quand il faut choisir les Complots. Ce type de carte a donc été un choix aisé. L’effet récompensait les joueurs qui jouaient et contrôlaient des Rois. Le pouvoir et l’autorité conférés par un Roi en jeu, et la punition et l’opprobre d’une telle absence, seront vitaux pour le tour dans laquelle mon intrigue sera en jeu. Ainsi, Le Roi du Nord (Faveur des Anciens Dieux, 80) s’est imposé à moi.

D’une certaine manière, le Roi du Nord influe sur la manière dont les métas évoluent et se transforment, dans les decks, en différentes factions et archétypes.

  • Chaque fois que La Garde de Nuit ou la Maison Martell deviennent prédominantes dans le méta-jeu (deux factions qui manquent de Rois), il suffit de se tourner vers Le Roi du Nord et de dire : ‘Et si on se calmait ? Qu’en pensez-vous ?’
  • Fatigué de ses Greyjoy belliqueux qui jouent Valar Morghulis (La Voilà, ma Légitimité, 80) quand ils ont rempli leur base de Mines de fer (Calme sur Westeros, 92) ? Faites appel au Roi du Nord. Il empêchera les hommes de descendre dans les tunnels !
  • Votre adversaire tente de bloquer vos déclencheurs en jouant Winterfell (Loups du Nord, 17) ? Son petit jeu se termine si vous avez le Roi.
  • Votre adversaire essaye de sauver, d’un baiser, Beric Dondarrion (La Confrérie sans Bannières, 117) ? Montrez-lui ce que le Roi du Nord pense de cette idée.

Bloquer toutes les capacités déclenchées est bénéfique dans la plupart des circonstances, si vous avez un Roi et pas votre adversaire, vous l’étouffez et l’empêchez de dérouler sa stratégie bien huilée. Et dans le même temps, vous pouvez déclencher autant de vos propres effets que vous le souhaitez. Sympa non ?

Les possibilités sont presque infinies et je suis ravi d’avoir enfin cette option de choix dans mon deck pour résoudre des situations difficiles et même faire basculer la partie en suivant mon Roi dans la bataille ! J’espère que cette carte saura vous séduire autant que j’ai pris plaisir à la concevoir.

Jakob Hultman est un membre fondateur de la méta Suédoise, titulaire d’un titre de champion du monde en Joute et d’un titre de champion d’Europe en mêlée. Il porte une éternelle barbe et n’est pas doué pour se décrire lui-même en général.


 

Plus de news