ES · FR
 
Horreur à Arkham LCG

Nul n'est Parfait

Les Investigateurs de L'Héritage de Dunwich

« Fou que je fus, lorsque je décidai avec frénésie de plonger dans les mystères dont l’homme n’avait encore jamais percé la signification… »
- H.P. Lovecraft, Hypnos

Horreur à Arkham : Le Jeu de Cartes a récemment trouvé le chemin de vos foyers, et les fans ont commencé à plonger dans ses secrets et à découvrir les nombreuses choses qui font de ce jeu un pont entre le jeu de cartes traditionnel et le jeu de rôle narratif. Le résultat, c’est que vous ne vous contentez pas de manipuler des cartes au cours de vos parties : vous glissez lentement et inexorablement dans le jeu lui-même. Vous incarnez votre investigateur, et vous sursautez dès que retentit le cliquetis révélateur de pas tournant au coin d’une sombre ruelle.

Le jeu va très loin pour vous aider à expérimenter chaque aventure du point de vue de votre investigateur. Son style graphique évoque celui des années 1920. Ses illustrations sont conçues pour que vos yeux tombent immédiatement sur les éléments les plus terrifiants de vos défis. Vous ne pouvez explorer que les lieux dans lesquels votre investigateur s’est rendu. En outre, vous partagez également ses limites puisque vous ne pouvez brandir que 2 objets qui requièrent un emplacement de main et porter un seul équipement de corps. Vous ne pouvez vous concentrer que sur quelques secrets ésotériques à la fois, et vous êtes aussi pourvu de défauts…

Aussi agréable que cela puisse être de créer le deck parfait dans un jeu de cartes personnalisable, nul n’est parfait, et Horreur à Arkham LCG traduit cela à travers les faiblesses que vous êtes contraint d‘ajouter à votre deck. Bien entendu, elles peuvent très bien faire surface au moment le plus inopportun, et même transformer votre victoire imminente en défaite tragique. Mais cela fait partie de la beauté du jeu, de ce qui le rend terrifiant, et de l’expérience lovecraftienne. C’est presque le cœur de ce qui fait de ce jeu une partie intégrante de l’univers d'Horreur à Arkham.

Puisque nous pensons que les faiblesses font intégralement partie de l’expérience de jeu dans Horreur à Arkham LCG, nous vous offrons aujourd’hui l’une des previews les plus étranges que vous verrez jamais dans le monde des jeux de cartes. Au lieu de nous focaliser sur toutes les manières dont les nouvelles cartes Joueur de l’extension deluxe L’Héritage de Dunwich peuvent améliorer votre deck, nous allons nous pencher sur quelques-unes des souffrances et des tragédies que vos investigateurs peuvent s’attendre à vivre.

Les Défauts des Personnages dans L’Héritage de Dunwich

De même que les investigateurs de la Boîte de Base, les 5 personnages de L’Héritage de Dunwich possèdent tous 2 cartes spécifiques : l’une d’elles représente un Soutien ou un Événement bénéfique, tandis que l’autre est une faiblesse. Dans Horreur à Arkham LCG, ces cartes sont un bon aperçu du genre d’investigateur que vous incarnez.

Par exemple, si vous venez à jouer Rex Murphy, vous enquêterez sur les étranges phénomènes du jeu sous les traits du reporter malchanceux dont les preuves ne cessent de disparaître avant qu’il n’ait pu finaliser ses articles. La Malédiction de Rex (L’Héritage de Dunwich, 9) reflète cette série de curieuse infortune en vous contraignant à regarder vos pions Chaos vous échapper. Il est vrai que vous pourriez réussir votre test de compétence après avoir révélé le second pion Chaos mais, si c’est le cas, vous savez que votre Malédiction restera en jeu pour le prochain test. Elle finira certainement par vous rattraper.

Heureusement, si le fait de devoir surmonter encore et encore votre poisse ne vous attire pas, il existe d’autres investigateurs que vous pouvez choisir de jouer – dont le musicien Jim Culver qui n’a presque pas besoin de s’inquiéter de sa faiblesse spécifique, Dernière Rhapsodie (L’Héritage de Dunwich, 13), plus d’une fois par partie. D’un autre côté, celle-ci peut infliger un montant significatif de dégâts et d’horreur, en particulier lorsque la réserve du Chaos regorge de pions. Dans le cas où les 4 pions Crâne s’y trouveraient, cette faiblesse peut infliger jusqu’à 5 dégâts et 5 horreur !

Lorsque vous incarnez Jim Culver, vous vous apprêtez probablement à mener vos investigations dans l’effroi, et avec un sens particulièrement aigu de votre propre mortalité.

Jenny Barnes ne court aucun risque de mourir si elle pioche sa faiblesse, À la Recherche d’Izzie (L’Héritage de Dunwich, 11). Toutefois, il existe une chance minime que la disparition de sa sœur la hante tout au long de ses investigations, et qu’elle doive donc suivre chaque piste qu’elle trouvera pour découvrir l’endroit où se trouve sa sœur. Si Jenny n’effectue pas en permanence des actions pour se persuader qu’elle a fait de son mieux,  son sentiment de perte pourrait bien avoir le dessus et la conduire au désespoir ou à la folie. Bien qu’il puisse s’avérer relativement facile de dépenser les 2 actions pour enquêter dans le lieu auquel vous attachez À la Recherche d’Izzie, c’est le fait que cette faiblesse s’attache toujours au lieu de plus éloigné de vous qui est vraiment exaspérant.

C’est particulièrement vrai lorsque vous approchez du dernier lieu dans une aventure telle que « Le Rassemblement ». Après avoir terrassé les goules et affronté des horreurs surnaturelles pour accéder à votre Salon, vous ne souhaiterez pas forcément rester empêtrée plus que nécessaire avec le Prêtre Goule (Boîte de Base, 116) dans votre maison, simplement pour vous assurer qu’aucun Indice sur la disparition de votre sœur n’a été oublié dans votre Cave méconnaissable. Au contraire, lorsqu’À la Recherche d’Izzie apparaîtra au cœur de votre combat contre le Prêtre Goule et s’attachera au Grenier, il est presque certain que vous subirez un point de traumatisme mental qui vous suivra pour le reste de votre campagne.

Que vous possédiez une faiblesse récurrente telle que celle de Rex Murphy, un redoutable coup dur comme celle de Jim Culver, ou encore une faiblesse qui pousse Jenny à prendre la mauvaise direction durant ses aventures, la vérité est qu’il n’est jamais bon de piocher les faiblesses de votre investigateur au mauvais moment. Cependant, connaître ses propres défauts peut se révéler d’une aide précieuse, de même qu’être conscient des vôtres dans la vie réelle.

  • Sous les traits de Rex Murphy, vous pourriez tenter de conjurer votre Malédiction de malchance à l’aide d’une Patte de Lapin (Boîte de Base, 75) de sorte que, même si votre infortune devait entraîner un échec lors d’un test, vous puissiez encore gagner quelque chose dans la rencontre.
  • En tant que Jim Culver, vous pourriez ajouter à votre deck un ou deux exemplaires de Divination (Boîte de Base, 61) et les utiliser à chaque fois que votre vie ou votre santé mentale seraient en danger, au cas où vous viendriez à entendre la Dernière Rhapsodie.
  • Enfin, en incarnant Jenny Barnes, il pourrait être bon de remplir votre deck de cartes qui facilitent le déplacement rapide, comme Insaisissable (Boîte de Base, 50) et Raccourci (L’Héritage de Dunwich, 22).

En fin de compte, Horreur à Arkham LCG n’est pas seulement remarquable pour les manières dont il vous laisse manipuler cette complexe construction de cartes. Contrairement à la myriade de jeux personnalisables qui vous défient de trouver parmi vos propres cartes des réponses à celles que vos adversaires jouent contre vous, Horreur à Arkham LCG ne concerne pas que le fait de « gagner ». Il s’agit d’une aventure, et vos faiblesses jouent un rôle crucial dans la façon dont vous expérimentez les défis qui se présentent à vous. Vous ne pouvez pas compter sur votre deck pour vous fournir uniquement des choses positives : il reste toujours une chance que les événements virent à la pire des catastrophes.

Qui Deviendrez-Vous ?

Tout comme Zoey Samaras (L’Héritage de Dunwich, 1), que nous avons rencontrée dans notre première preview, chacun des 5 investigateurs de L’Héritage de Dunwich appartient à une classe principale mais vous permet ensuite de jongler entre les cartes de niveau 0 de toutes les autres classes. Comment les emploierez-vous ? Pour montrer votre force, ou afin de contrebalancer votre faiblesse personnelle ? Qui deviendrez-vous ?


 

Plus de news